Zakat

La Zakat, l’aumône obligatoire bien organisée !

Aucune époque n’est épargnée par la misère ni la guerre. En particulier ces dernières années, où des millions de Syriens, Soudanais ou Afghans par exemple, sont jetés sur les route pour chercher l’exil dans des pays plus sûrs. En Europe. Beaucoup de musulmans sensibles au sort des plus démunis ou des victimes de conflits, choisissent de donner leur Zakat aux associations humanitaires… Pour les musulmans, la Zakat n’est pas un choix, c’est une obligation religieuse. C’est même le troisième pilier de l’Islam.

Il y a deux types de Zakat. La Zakat el-Mal concerne tous les fidèles qui ont épargné en une année l’équivalent du nissab, soit 85 grammes d’or. La référence de calcul évolue en fonction du cours de l’or. En cette année 2018, il est évalué à 2 964,06 euros. Le musulman doit donc verser 2,5% de son épargne annuelle si elle est égale ou supérieure au nissab. Puis il y a Zakat-el-Fitr. Elle concerne tous les musulmans qui en ont les moyens, au moment du Ramadan, obligatoirement avant l’Aid-el-Fitr. Cette année, le jeûne commence le 15 mai 2018. L’aumône doit être reversée avant le 15 juin environ. La date exacte sera annoncé notamment via l’application Athan Pro Muslim : Ramadan 2018. En France, le montant de Zakat-el-Fitr est fixé à 5 euros par personne. Le chef de famille doit multiplier cette somme par le nombre de personnes qui compose sa famille pour connaître le montant de sa Zakat-el-Fitr.

Ces impôts religieux ont une fonction bien particulière. Pour le fidèle qui donne, c’est la possibilité de se purifier. N’appelle-t-on pas la Zakat « l’impôt social purificateur » ? Un cadeau pour purifier l’âme de l’avarice et cultiver le sens du partage. Pour celui qui reçoit, c’est une aide précieuse, un sentiment d’appartenance fort à une communauté solidaire. Mais c’est aussi un droit. L’Islam donne en effet aux pauvres un « droit » sur les plus riches. Le droit de recevoir les bienfaits de Dieu via cette aumône obligatoire.

Cela n’empêche pas les musulmans les plus généreux de donner autant qu’ils le souhaitent en plus des Zakat obligatoires. Tout comme la lecture du Coran , l’aumone est un acte d’adoration privilégié. Dans le Coran, sourate Les Croyants n°23 verset 1-4, on peut lire : « Bienheureux, en vérité, sont les croyants qui prient avec humilité, qui dédaignent toute futilité, qui s’acquittent de la zakat ». Sourate à poursuivre sur Coran Pro Muslim en Français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *