Prophète Mohamed (SWS)

Mohamed el Amin, un exemple à suivre

Le prophète Mohamed, Paix et Salut soit sur lui, est un personnage central en islam. A la fois Prophète, modèle et guide, l’envoyé de Dieu a reçu, via l’ange Gabriel, le Coran et l’a transmis. S’il n’est qu’un homme, il reste pour toutes les générations de musulmans après lui, un exemple sur tous les points. Sa vie personnelle, familiale, politique et sociale décrite et consignée de la façon la plus stricte possible, n’est-elle pas l’une des principales sources religieuses du fidèle : la Sunna. Sa vie reste un enseignement à chacune de ces étapes. Une mine d’informations riches qu’on retrouve dans l’application  Librairie Islamique. Un répertoire d’ouvrages dans plusieurs langues. Qu’est ce qu’on apprend sur le prophète de l’Islam ?

C’est un homme juste. Mohamed (SWS) avait depuis son enfance et sa jeunesse une force morale qui le caractérisait et qui le rendait différent des autres. Avant même la révélation, il était reconnu comme Mohamed el Amin. Le juste. Celui qui est digne de confiance. La personne la plus honnête, qui n’a jamais failli à ses engagements et ce durant toute sa vie. Ses ennemis eux-mêmes le reconnaissaient.

C’est un humaniste. Mohamed (SWS), c’est aussi une grande figure humaniste. A l’époque où les noirs étaient réduits à l’esclavage, ou les petites filles étaient enterrées vivantes, il exerçait une égalité parfaite envers tous les humains. L’exemple de la conversion de Bilel, le premier esclave noir à se convertir, en témoigne. Une fois musulman, c’est lui qui est l’auteur du premier Athan de l’histoire de l’islam. Les pauvres et les riches étaient considérés de la même manière. Le prophète avait également un grand respect pour les fidèles des autres religions monothéistes. N’a-t-il pas été accueillis par le roi chrétien d’Abyssinie ? N’a-t-il pas cohabité avec des tribus juives à Medine ?

Un homme qui respecte les femmes. On le dit même parfois « féministe » au vu diu contexte du 7ieme siècle après JC. Mohamed par son comportement, rendait justice aux femmes. Avec le message divin, il a interdit le meurtre des petites filles, a encouragé leur éducation. Plusieurs haddiths rapportent que le prophète aidait son épouse ‘Aisha dans les tâches ménagères. Sa dernière épouse, dont il était très amoureux, était celle qui le connaissait le mieux. Elle était même considérée comme son conseil de son vibrant. Après sa mort, elle est devenue une source précieuse pour recueillir la Sunna. Un haddith rapporte que Saîd Ibn Hishâm lui demanda de parler du caractère du prophète. « Son caractère, c’était le Coran » résuma ‘Aisha. Pour mieux le connaître, l’application  Coran Pro Muslim.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *